Le peuple, Les rites et coutumes

Photo à rajouter

Les Sakalavas sont présents sur toute la côte ouest de Madagascar.

La région fut peuplée par des migrations d'indonésiens aventureux qui affrontèrent l'océan indien dans de grandes pirogues. 

Souvent on voit des dessins peints sur les visages des femmes Sakalavas. Ils sont faits d'une épaisse pâte de couleur jaune safran ou blanche appelée Masonjoany, réalisée à partir du bois de santal. Ils ont différentes significations, symboles magiques, maquillage pour protéger la peau du soleil ou encore les femmes les appliquent pendant la période des règles pour protéger les autres d'éventuels contacts impurs. Le "tatouage" a subi une évolution continue au cours des differentes époques et il a survécu mais dépourvu de sa signification originale. Si l'origine sociologique du tatouage existe encore aujourd'hui dans la région nord ouest c'est dû au fait que les Sakalavas, plus que les autres tribus sont imbibés de magie et respectent les tatouages traditionnels appelés fiemina n'taolo, c'est à dire ornements des ancêtres.

Les Sakalava honorent les Ancêtres, Razaña, qui sont promus au rang de la Divinité. Ils sont également considérés comme source de Vie et traités comme intercesseurs des vivants auprès de Zañahary.Mythes, rites et transes à Madagascar », de Robert Jaovelo-Dzao, Karthala Editions, 1996, 

Ils réalisent à cette occasion des "fomba" ou cérémonies traditionnelles.

Le Tromba est une manifestation de possession très répandue dans le nord ouest malgache qui joue un rôle important dans l'organisation politique et religieuse Sakalava.

"La fonction manifeste du tromba est de soutenir l'appareil politique Sakalava et l'autorité temporelle des princes qui, même morts, peuvent continuer à peser sur les destinées de la société. De plus le tromba assume une fonction latente, tout aussi importante de contrôle social et sert de moyen d'expression , nous plus cette fois à des esprits mais à la société."

 

Riche en signes et en symboles, le monde malgache traditionnel accorde une large priorité à l'homme tandis que l'Occident se révèle très riche en objets et en techniques et met d'avantage l'accent sur l'accumulation des biens.

 

Presque chez nul peuple au monde on ne trouve à aussi haut degré que chez les Sakalavas le désir forcené de la progéniture. Presque nulle part non plus la mort n'est le signal de plus grandes festivités.

Parmi toutes les cérémonies religieuses célébrées à Madagascar dans le cadre de la tradition les rites funéraires sont à la fois les plus spectaculaires et les plus important par leur fonction et leur signification culturelle. Ils permettent de réaliser le passage que constitue la mort tout en réglant le destin des trépassés.

Ils codifient en les canonisant les rapports entre les vivants et les défunts. Ils rétablissent l'équilibre des forces perturbées par le désordre de la mort. 

La croyance  aux génies est assez ancrée chez les Sakalavas. Parmi les gens les plus illustres, et connus chez les Sakalavas du nord, on peut retenir les Kalanoro, qui d'après les croyances populaires prennent la forme de nains de la taille d'un enfant de 5 à 6 ans. Ces nains connaissent les propriétés de toutes les plantes et comment s'en servir.

" Le Tromba" Paul Ottino.

Très puissants, ils peuvent accomplir des choses extraordinaires et merveilleuses, n'est- ce pas là l'explication des fameux miracles malgaches que chacun vivant dans ce pays aura eu l'occasion d'expérimenter.

Les Terres Blanches

  • Facebook Social Icon
  • Page Trip advisor des Terres blanche
  • Lodge des Terres Blanches page Insta

Suivez nous sur les réseaux 

Lodge des Terres Blanches - Hotel Majunga
Femme-Terres-Blanches